Webjardiner

Astuces jardinage

dimanche 11 avril 2021 

 Fabricant Leneindre
 Treillages.com
 mediaseine.fr
 Tendance carrelage
 Design Vegetal       
Menu général :
QR code :
QR_code

Code pour le forum en cours :


Code HTML en cours :
 Module QR Code © 2021  
Jardin potager
Jardin d'agrément
La flore sauvage
Linkxchange :
Photos aléatoires
Livre d'or :
Les nouvelles du forum

Inscription
Désinscription

Des pesticides tueurs-d'abeilles

Article posté par Chtismis.
Paru le jeudi 3 mars 2016 à 09:12
Vu 2220 fois.
Note : etoiles4 (5 votes)

Des pesticides tueurs-d'abeilles

Bonjour,
Toujours pour nos amies les abeilles il faut combattre tous les jours donc écrivez à votre député
Merci pour elles
JM

l'interdiction des pesticides tueurs-d'abeilles néonicotinoïdes



Madame, Monsieur,

Tous les signaux sont dans le rouge : les députés français s'apprêtent à rejeter l'interdiction des pesticides tueurs-d'abeilles néonicotinoïdes sur la base d'arguments irrecevables directement dictés par les lobbies de l'agrochimie :

Sans une pression massive et immédiate des citoyens sur les députés français, la décision historique d'en finir une fois pour toutes avec ces poisons pour sauver les abeilles et l'environnement passera définitivement à la trappe.

L'enjeu est capital. Et pas seulement pour la France :

Car si nous gagnons cette bataille décisive en France, l'un des principaux bastions de l'agriculture industrielle, il sera beaucoup plus simple d'obtenir ensuite l'interdiction des tueurs-d'abeilles au niveau européen.

C'est pourquoi je vous demande de signer de toute urgence la pétition au député de votre circonscription, en utilisant le système de pétition en ligne que nous avons préparé >> Cliquez ici

Un petit rappel des faits est sans doute nécessaire :

En mars 2015, l'Assemblée Nationale en France adoptait un amendement au projet de loi « Biodiversité » (1) interdisant purement et simplement les pesticides néonicotinoïdes sur le sol français dès janvier 2016.

Pour tous les citoyens et les associations qui militent depuis des années pour l'interdiction de ces pesticides mortels pour les abeilles, l'initiative courageuse des deux députés qui avaient déposé l'amendement a été une vraie bouffée d'espoir !

Pourtant :

À peine arrivé au Sénat, l'amendement a été immédiatement enterré par une poignée de sénateurs de la Commission Environnement (2) qui ont rejeté en bloc les rapports de plus en plus alarmants des académies scientifiques qui tirent la sonnette d'alarme avec de plus en plus d'insistance ! (3)

Pollinis a bataillé et réussi à faire redéposer l'amendement : malgré une mobilisation rapide des citoyens et 280 000 messages de protestation envoyés directement sur la boîte mail des sénateurs, il a été rejeté une deuxième fois par le Sénat français – et savez-vous sur la base de quels arguments ?

Quasiment mot pour mot ceux de l'agrochimie !

C'est affligeant : voir les lobbies balayer d'un revers de main méprisant les centaines d'études alarmantes produites par des laboratoires publics et indépendants du monde entier comme si elles n'avaient aucune valeur scientifique... Les entendre clamer que leurs produits ne sont pas si dangereux que ça, et accuser les agriculteurs de mal les utiliser et leur faire porter le chapeau pour la mort de millions d'abeilles... Ça nous fait dresser les cheveux sur la tête, ici à l'association.

Mais que des responsables politiques, des élus de la nation censés protéger l'intérêt général reprennent en c½ur les mêmes insanités... C'est insupportable !

Et ça ne veut dire qu'une seule chose : que les lobbies de l'agrochimie ont renforcé considérablement leur pression sur le Parlement français.

Ce sont d'ailleurs les mêmes arguments fallacieux qui sont aujourd'hui repris par les députés qui s'apprêtent honteusement à rejeter à leur tour l'interdiction des tueurs-d'abeilles en France !

Alors, que les choses soient claires une bonne fois pour toutes :

- NON : ce n'est pas parce que les agriculteurs utiliseraient mal les produits ou ne respecteraient pas les consignes de sécurité, comme le prétendent les firmes agrochimiques, que les néonicotinoïdes tuent les abeilles et tout ce qu'il y a dans le sol et les cours d'eau... et qu'ils sont en train de mettre en danger l'ensemble de la biodiversité dans le monde ! (4)

C'est dans la nature même de ces produits, 7000 fois plus toxiques que le DDT pour les abeilles et tous les petits insectes et lombrics indispensables à la vie, de ravager tout ce qu'ils croisent sur leur passage. Et il n'y a pas d'autre choix possible pour sauver la nature et sécuriser nos productions alimentaires que de les interdire au plus vite, purement et simplement.

- OUI : la France, comme n'importe quel pays de l'Union européenne, peut parfaitement interdire unilatéralement la vente des pesticides néonicotinoïdes sur son territoire... ou de tout autre produit qu'elle jugerait dangereux pour l'environnement, la santé publique, ou pour sa sécurité alimentaire par exemple !

Ce n'est qu'une question de volonté politique des élus. L'Italie l'a déjà fait chez elle, et personne n'y a trouvé à redire ! (5)

- OUI : les agriculteurs peuvent parfaitement se passer des néonicotinoïdes et autres pesticides tueurs d'abeilles ! Leur retrait du marché n'entraînerait aucune baisse du rendement des récoltes contrairement à ce que répètent en boucle les lobbies de l'agrochimie.

L'agence de sécurité sanitaire américaine, l'EPA, vient à nouveau de le démontrer pour la culture du soja par exemple (6) ; d'autres études menées à travers le monde, en Italie, au Canada, au Brésil et aux Etats-Unis, arrivent exactement aux mêmes conclusions sur d'autres grandes cultures comme le maïs. (7)

Les recherches prouvent en outre que, contrairement à ce que croient la plupart des gens encore aujourd'hui, les agricultures innovantes sans pesticides produisent autant en moyenne que l'agriculture chimique industrielle…

…Mais qu'elles sont systématiquement plus rentables pour les fermiers qui les utilisent ! ( smiley s8g29g.gif

Ce que les lobbies cherchent désespérément à dissimuler par ailleurs, c'est ce que coûte à l'agriculture d'éradiquer les abeilles et les pollinisateurs à coup de pesticides :

…20% de récoltes en moins en moyenne quand la pollinisation n'est plus assurée - jusqu'à 30% sur le colza - c'est ce que vient de montrer une étude menée sur 5 ans dans plus de 12 pays à travers le monde ! (9)

C'est pour toutes ces raisons que Pollinis a besoin de vous de toute urgence.

Pour convaincre les députés, et exercer une pression déterminante sur l'ensemble de l'hémicycle pour que, le jour du vote, l'amendement StopNeonics - qui nous débarrassera vraiment de ces pesticides tueurs-d'abeilles - soit voté, nous devons faire déborder les boîtes mail des députés de messages de protestation.

C'est pour cela que je vous demande d'envoyer, dès maintenant, votre message-pétition aux sénateurs de votre région en cliquant ici.

Vous n'avez pas besoin de faire des recherches pour connaître le nom des députés que vous devez interpeller : entrez simplement votre code postal dans le formulaire que nous avons préparé, et la liste des députés de votre région s'affichera automatiquement.

Vous n'aurez plus qu'à valider pour que votre message soit envoyé pour vous.

Nous avons mis en place ce système simple, qui ne vous prendra pas plus de 2 minutes de votre temps, pour qu'un maximum de personnes puissent participer;

Alors s'il vous plaît, prenez 2 minutes pour les abeilles : signez dès maintenant votre pétition aux députes, et transférez ce message à un maximum de personnes autour de vous, pour nous permettre de rallier des dizaines de milliers de signatures supplémentaires !

bouton000

C'est le meilleur moyen, et peut-être même le seul, de mettre une pression assez forte sur les députés pour les obliger à adopter cet amendement qui mettra enfin un terme à plus de vingt ans de massacre intensif des abeilles au profit de l'industrie agrochimique.

L'adoption de cet amendement créera un précédent en Europe qui obligera la Commission européenne à s'aligner : si vous n'êtes pas résident Français, vous êtes quand même concerné ! Vous pouvez agir en signant la pétition de soutien à cette campagne : cliquez ici.

Le vote final aura lieu dans moins de 10 jours : aidez-nous à rallier le plus grand nombre de personnes pour que la pression des citoyens soit plus forte que celle des lobbies agrochimistes !

Un grand merci d'avance.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

(1) AMENDEMENT N°754 (Rect) déposé le 12 mars 2015

(2) Reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages - Examen du rapport et du texte de la commission de l'Aménagement du territoire et du développement durable au Sénat

(3) Worldwide integrated assessment on systemic pesticides

Rapport ANSES, Janvier 2015

(4) Task Force on systemic Pesticide, 2015

(5) Furlan L., Kreutzweiser D., 2014 ; Alternatives to neonicotinoid insecticides for pest control: case studies in agriculture and forestry ; Environnemental Science and Pollution Research (2015) 22:135–147

(6) EPA, Memorandum, Benefits of Neonicotinoid Seed Treatments to Soybean Production, October 3, 2014

(7) Wilde G., et al., 2007 ; Seed Treatment Effects on Early-Season Pests of Corn and on Corn Growth and Yield in the Absence of Insect Pests ; Kansas (USA)

Fournier et al., 2013 ; Les néonicotinoïdes en grande culture : pertinence agronomique et impacts environnementaux ; Québec

( smiley s8g29g.gif Crowder D. W., Reganold J. P., 2015 ; Financial competitiveness of organic agriculture on a global scale : PNAS, June 16, 2015, vol. 112 no. 24

(9) Mutually beneficial pollinator diversity and crop yield outcomes in small and large farms. Lucas A. Garibaldi & al.Science, Jan 22, 2016



POLLINIS Association Loi 1901
143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org

>>Masquer les commentaires  [10]

Commentaire n°10/10 :: Nous avons une fenêtre de tir inespérée pour forcer la Commission européenne

Remonter Posté le 14/09/2017 par Chtismis

 
Chère amie, cher ami,

Nous avons une fenêtre de tir inespérée pour forcer la Commission européenne à interdire pour de bon les pesticides néonicotinoïdes responsables de plus de 20 ans de massacre intensif des abeilles…

… Mais il faut agir vite : dans deux semaines, il sera trop tard !

Envoyez sans tarder votre pétition aux députés européens en cliquant ici.

A la demande des apiculteurs, le Parlement européen est en train de préparer une procédure d’initiative (1) pour protéger les abeilles et l’apiculture…

…Sauf que ce texte ne fait pas une seule fois mention des pesticides néonicotinoïdes !

Les députés sont en train de décider de l’avenir des abeilles en Europe, sans mentionner une seule fois l’une des principales causes de leur déclin - qu’on pourrait enrayer en se débarrassant une bonne fois pour toutes de ces poisons !

Une centaine d’études scientifiques ont déjà été publiées qui montrent les effets dévastateurs des pesticides néonicotinoïdes sur les abeilles (2). Les deux dernières en date, effectuées en conditions réelles, sur le terrain, ont montré une mortalité de 23 % supérieure pour les abeilles mises en contact avec ces produits par rapport aux colonies non contaminées (3).

Pire : même à petite dose, ces pesticides sont capables de décimer une colonie tout entière ! En agissant sur le système nerveux central des abeilles, les néonicotinoïdes perturbent leur comportement : désorientation, diminution des vols pour faire des réserves, propension des abeilles à quitter la ruche, difficulté à entretenir leur habitat et élever une nouvelle reine, plus grande vulnérabilité aux parasites et champignons qui pullulent désormais dans les ruchers… (2) (3)

Malgré toutes ces preuves irréfutables, la Commission européenne rechigne à interdire complètement ces produits sur le territoire européen.

Car derrière elle, ce sont des centaines de lobbyistes qui travaillent d’arrache-pied pour défendre les intérêts colossaux des entreprises de l’industrie agrochimique - on parle de plusieurs milliards d’euros de bénéfices par an sur ces seuls pesticides !

En 2013, après des années de lutte des citoyens et des apiculteurs, la Commission a promulgué un moratoire partiel pour calmer les défenseurs des abeilles : les néonicotinoïdes seraient interdits seulement en certaines saisons, et sur certaines cultures…

Un plan taillé sur-mesure pour l’agrochimie, qui pouvait continuer à écouler ses produits tout en prétendant qu’ils n’étaient pour rien dans le déclin dramatique des abeilles.

L’année suivante, la consommation de pesticides tueurs d’abeilles avait bondi de 31 % (on est passé de 387 tonnes de néonicotinoïdes en 2013, à 508 tonnes en 2014)… (4)

… Et peu de temps après, les autorités sanitaires européennes tiraient la sonnette d’alarme : le déclin des abeilles était en train de s’accélérer en Europe. (5)

Tout ça parce que les institutions européennes n’ont pas osé aller à l’encontre des intérêts des lobbies, et interdire fermement, et en toutes saisons, les pesticides tueurs d’abeilles !

C’est pourtant ce moratoire partiel qui a été reconduit l’année dernière, et qui sera sans doute reconduit dans les années à venir, si nous ne coupons pas court à l’influence des lobbies sur la Commission européenne.

Mais aujourd’hui, nous avons un moyen de contraindre la Commission européenne d’interdire ces poisons – sans que les lobbies puissent s’interposer…

Il suffirait que les députés européens insèrent un amendement dans la résolution sur l’apiculture qu’ils sont en train de préparer, pour que l’interdiction devienne contraignante pour la Commission européenne, et qu’elle n’ait plus d’autre choix que de s’y plier.

Pour tous les défenseurs des abeilles et de la nature, ce serait un tour de force magistral, et un beau pied-de-nez fait aux lobbies de l’agrochimie, qui auront bien du mal à saboter cette nouvelle interdiction surprise comme ils l’ont fait avec la précédente.

Savez-vous qu’ils sont même sur le point de rendre caduque l’interdiction votée par les députés français l’été dernier ?

Leur pouvoir de nuisance est gigantesque. Mais cette fois, nous avons pour nous notre plus grande force : notre nombre, et notre capacité à faire pression sur des députés européens qui nous doivent leur élection – ainsi que leur réélection…

Alors ne perdez pas une minute : signez dès maintenant votre pétition aux députés européens pour obtenir la fin des pesticides tueurs d’abeilles en Europe !

bouton jsp

Ici chez POLLINIS, toute l’équipe est sur le pont pour obtenir l’inscription de l’interdiction des néonicotinoïdes dans cette résolution européenne sur les abeilles et l’apiculture.

Nous avons déjà rédigé un amendement, et multiplions les rendez-vous avec les députés influents pour les convaincre de le déposer.

Avec des dizaines, des centaines de milliers de citoyens derrière nous, croyez-moi, ils auront du mal à nous dire non !

C’est pourquoi il est vraiment important que vous preniez deux petites minutes pour cliquer sur ce lien et signer la pétition, et pour diffuser ce message le plus largement possible autour de vous – en le transférant à vos amis par email par exemple, ou en partageant cette action sur les réseaux sociaux.

Un grand merci par avance pour votre engagement dans cette bataille cruciale pour l’avenir des abeilles et de tout l’environnement qui en dépend !

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général



____

Références :

(1) 2017/2115(INI) Perspectives et défis pour le secteur apicole de l'Union européenne.

(2) Voir par exemple Worldwide integrated assessment on systemic pesticides.

(3) L'exposition chronique aux néonicotinoïdes réduit la santé des abeilles dans les cultures de maïs N.Tsvetkov, O.Samson-Robert, K. Sood, H.S. Patel, D.A. Malena, P.H. Gajiwala, P. Maciukiewicz, V. Fournier, A. Zayed Doi:10.1126/science.aam7470.Science. 30 Juin 2017;356(6345):1395-1397.
Spécificité nationale des effets des néonicotinoides sur les abeilles domestiques et sauvages A. Woodcock, J.M. Bullock, R.F. Shore, M.S. Heard, M.G. Pereira, J. Redhead, L. Ridding, H. Dean, D. Sleep, P. Henrys, J. Peyton, S. Hulmes, L. Hulmes, M. Sárospataki, C. Saure, M. Edwards, E. Genersch, S. Knäbe, R.F. Pywell Doi:10.1126/science.aaa1190.Science. 30 juin; 356(6345):1393-1395.

(4) L’utilisation des insecticides « tueurs d’abeilles » est toujours en forte augmentation, Stéphane Foucart, LeMonde.fr - 27.05.2016

(5) EU scientific workshop on bee health and sustainable pollination - European Food Safety Authority and the European Commission's Directorate General for Agriculture and Rural Development, 10 March 2016
 
avatar

Chaque coup de colère est un coup de vieux, chaque sourire est un coup de jeune. » (Proverbe Chinois)
C’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis. (Cicéron)
La honte n'est pas toujours la conscience du mal que nous faisons, elle est souvent la conscience du mal qu'on nous fait. (Paul Morand)
Nous sommes des Trésors de l'humanité appelés à disparaître.

Mon blog
Info pollinis

Commentaire n°9/10 :: POLLINIS et l'INRA,

Remonter Posté le 01/03/2017 par Chtismis

 
Madame, Monsieur,

POLLINIS et l'INRA, l'Institut National de la Recherche Agronomique, ont besoin de votre aide de toute urgence pour recenser les populations d'abeilles sauvages et démontrer l’importance de leur service de pollinisation dans les territoires agricoles de notre pays.

Si vous le pouvez, je vous en prie cliquez ici pour nous aider.

C'est très important.

Un drame silencieux est en train de se jouer en ce moment-même. Les conséquences pourraient se révéler considérables pour notre environnement, la biodiversité et l'avenir même de nos cultures et de notre sécurité alimentaire, si nous n'intervenons pas rapidement.

Les scientifiques sont de plus en plus nombreux à penser que les abeille sauvages (bourdons, abeilles solitaires, halictes, mégachiles, etc.) qui assurent presque à elles-seules la pollinisation de 80% des plantes à fleurs à travers le monde, sont en rapide déclin - notamment en France et en Europe.

Leurs morphologies variées et adaptées (corps velus, langues de longueur différentes) en font les chaînons-clé de la biodiversité, et de la variété de notre alimentation. Les tomates par exemple, ne peuvent être pollinisées efficacement que par les bourdons, les seuls à pouvoir faire vibrer les fleurs suffisamment fort pour en libérer le pollen (1) !

Actuellement près de la moitié des espèces de bourdons d'Europe sont déjà en déclin. Et déjà plus d'une espèce de plantes à fleurs sur dix est menacée d'extinction en France (2).

Pareil aux Pays-Bas et au Royaume-Uni où une étude a révélé que plus de 20% des plantes à fleurs avaient purement et simplement disparues au cours des 20 dernières années (3).

Ce déclin est dû aux méthodes de l'agriculture intensive (monoculture et destruction des haies en particulier entraînant le recul des habitats naturels et des ressources alimentaires des abeilles), à l'utilisation de pesticides de plus en plus toxiques et à l’arrivée de nouveaux parasites et maladies, sans que l'on sache encore avec certitude lequel de ces facteurs est le plus mortifère.

Mais ce qui est certain, c'est qu'il est dangereux de continuer à l'ignorer. Il faut dresser d'urgence un panorama des populations d'abeilles sauvages qui subsistent à travers tout le territoire et dresser l'inventaire de toutes les plantes cultivées et sauvages qui en dépendent pour pouvoir prendre les mesures indispensables à leur conservation.

Ces abeilles sauvages sont LE maillon-clé de la chaîne alimentaire.

Sans elles, pas de fleurs dans les prés et les montagnes ; pas de buisson de mûres ou d'aubépines dans les campagnes, ni de forêts de chataîgners ou d'acacias ; sans parler des dizaines de milliers d'espèces d'insectes, d'oiseaux et de mammifères qui en dépendent directement.

Sans parler des cultures et des productions agricoles : une vaste étude menée par le Professeur Garibaldi et réunissant des équipes scientifiques dans près de 30 pays a démontré que la production d'une grande partie des fruits et graines que nous consommons régulièrement est désormais limitée parce que les fleurs ne sont pas correctement pollinisées (4).

Le programme Apiformes pour lequel je sollicite votre aide aujourd'hui a pour but d'évaluer l'état des populations d'abeilles sauvages en France et d'établir le lien avec les plantes cultivées et sauvages qu’elles pollinisent. Ce programme repose sur un protocole unique qui en fait un espoir majeur pour la sauvegarde des pollinisateurs sauvages : Apiformes réunit en effet une équipe scientifique, dirigée par Bernard Vaissière, du laboratoire Pollinisation et écologie des abeilles de l'INRA d’Avignon, et plus de 25 lycées agricoles répartis à travers toute la France.

L'objectif est double : dresser un tableau fidèle de l'état des populations d'abeilles sauvages et des plantes qu’elles butinent et pollinisent, et sensibiliser les futurs agriculteurs à l’importance des insectes pollinisateurs sauvages pour qu’ils réalisent l'impérieuse nécessité de les protéger en pratiquant une agriculture plus respectueuse de l'environnement et des insectes pollinisateurs dont elle dépend.

Le réseau Apiformes a été lancé en 2007. En 2013, les autorités avaient arrêté le financement de ces recherches, au risque de faire retomber sur les insectes pollinisateurs sauvages le voile qui commençait à peine à se soulever. (magnifique!)

Cette étude des pollinisateurs sauvages étant indispensable pour notre avenir à tous, POLLINIS avait décidé de mobiliser ses membres en leur proposant de contribuer au projet. Et cela a fonctionné !

Depuis 2013, grâce au soutien des membres de POLLINIS, Bernard Vaissière et son équipe ont pu poursuivre leur travail de recensement et d'étude des insectes pollinisateurs sauvages à travers la France.

Au total, 4 574 spécimens d'abeilles sauvages ont déjà pu être identifiés. Les résultats de ces recherches ont été publiés en octobre 2016 dans la revue scientifique "Journal of Insect Conservation" (5). Ils montrent que l'identification des espèces est capitale pour détecter les effets des changements environnementaux sur les abeilles, et pourront guider les mesures de leur préservation dans notre pays.

Mais pour 2017, le problème se pose à nouveau. Coupes sombres dans les financements. Comment payer les scientifiques, le matériel d'étude et d'observation pour les lycées, le matériel d'analyse pour les chercheurs ?...

Car sans cela, le projet tombe à l'eau. Dix ans de travail risquent d'être stoppés net. Et avec eux, tout un programme ambitieux pour connaître l'état des populations d'abeilles sauvages, démontrer l’importance du service de pollinisation qu’elles assurent, et contribuer à proposer des mesures efficaces de conservation.

Cet arrêt serait d'autant plus grave qu'Apiformes est sur le point d'entamer une phase cruciale qui permettra l'analyse de l'impact de chaque espèce sur la pollinisation des cultures.

C'est pour cela que je fais appel à vous aujourd'hui. Pour vous proposer de participer, vous aussi, au sauvetage des abeilles sauvages et à une meilleure reconnaissance de l’importance de leur travail de polllinisation, en soutenant financièrement le projet Apiformes.

Nous devons trouver rapidement 20 000 euros. Cela peut paraître beaucoup, mais il suffirait par exemple que 500 personnes comme vous donnent 40 euros chacune, et le projet pourrait aboutir.

Je comprends bien que tout le monde ne peut pas se permettre de donner autant. C'est pour ça que nous avons mis en place une sorte de cagnotte spéciale dans laquelle vous pouvez verser le don que vous voulez : 5¤, 15¤, 35¤, 45¤, 100¤...

L'important, c'est que chacun puisse participer selon ses moyens.

Pour apporter votre contribution financière au projet de recherche Apiformes sur les abeilles sauvages, cliquez ici.

Apiformes bouton

Ce que l'on sait à l'heure actuelle sur les populations des principaux insectes pollinisateurs sauvages, c'est qu'il y a en France environ mille espèces d'abeilles sauvages (6) et plus de 500 espèces de syrphes (7)... Et tout ce petit monde est indispensable à la pollinisation :

– géographiquement : la grande diversité des espèces et de leur traits de vie leur permet d'être présentes sur tous les territoires et dans tous les habitats (fissures, écorces, feuilles, terre...) ;

– qualitativement : certaines espèces de plantes ne peuvent pas être pollinisées par les abeilles domestiques, soit parce que leurs fleurs sont trop profondes pour la langue de ces abeilles (comme celles du chèvrefeuille), soit parce que leurs fleurs doivent être vibrées pour pouvoir être pollinisées efficacement (comme celles des cyclamens ou encore des tomates par exemple) et que les abeilles domestiques ne sont physiquement pas capables de vibrer les fleurs !

La grande majorité de ces petits insectes est irremplaçable. Y compris pour l'agriculture car on sait maintenant qu’en leur présence les cultures sont mieux pollinisées et ont des productions plus abondantes et de meilleure qualité qu'avec les seules abeilles domestiques !

Leur présence dans un champ permet d'augmenter - parfois de doubler ! - le rendement de certains fruits et de légumes ( smiley s8g29g.gif .

Et pourtant, à force d’éliminer les friches, haies, et bosquets pour transformer le moindre m2 de terre en culture intensive, on anéantit peu à peu leurs habitats naturels.

C'est une situation dramatique qui nous conduit droit dans le mur… Et tant qu'on n'aura pas établi un état des lieux des pollinisateurs sauvages, avec des preuves tangibles, scientifiques, pour mesurer vraiment l'ampleur des dégâts et démontrer l’intérêt de la préservation de ces auxiliaires naturels et discrets, notre appel aux autorités publiques continuera à résonner dans le vide.

S'il vous plait, aidez-nous dans cette tâche indispensable en apportant votre soutien financier au programme Apiformes.

Apiformes bouton

Je vous en remercie par avance.

Très cordialement,

Nicolas Laarman
Délégué Général POLLINIS

Références :

(1) Lien ICI

(2) Liste rouge des espèces menacées, UICN et Museum d'histoire naturelle & https://inpn.mnhn.fr/informations/biodiversite/france

Pour un décryptage voir l'article du Monde : Liste rouge de la flore en France : plus de 500 plantes en danger (23/10/2012)

(3) Parallel Declines in Pollinators and Insect-Pollinated Plants in Britain and the Netherlands
J. C. Biesmeijer, S. P. M. Roberts, M. Reemer, R. Ohlemüller, M. Edwards, T. Peeters, A. P. Schaffers, S. G. Potts, R. Kleukers, C. D. Thomas, J. Settele, and W. E. Kunin
Science 21 July 2006: 313 (5785), 351-354. [DOI:10.1126/science.1127863]

(4) Wild Pollinators Enhance Fruit Set of Crops Regardless of Honey Bee Abundance
L.A. Garibaldi, I. Steffan-Dewenter, R. Winfree, M.A. Aizen, et al. 2013. Science 339:1608-1611. [DOI:10.1126/science.1230200]

(5) https://link.springer.com/article/10.1007/s10841-016-9927-1

(6) http://www.discoverlife.org/mp/20q?guide=Apoidea_species

(7) J.P. Sarthou, P. Fromage, B. Genet, A. Vinauger, W. Heintz & C. Monteil. 2010. SYRFID vol. 4 : Syrphidae of France Interactive Data (http://syrfid.ensat.fr/)

( smiley s8g29g.gif http://science.sciencemag.org/content/339/6127/1608



POLLINIS Association Loi 1901
10, rue Saint Marc 75002 Paris www.pollinis.org

Pour désinscrire l'adresse email anti-spam, cliquez ici :Désabonnement




 
avatar

Chaque coup de colère est un coup de vieux, chaque sourire est un coup de jeune. » (Proverbe Chinois)
C’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis. (Cicéron)
La honte n'est pas toujours la conscience du mal que nous faisons, elle est souvent la conscience du mal qu'on nous fait. (Paul Morand)
Nous sommes des Trésors de l'humanité appelés à disparaître.

Mon blog
Info pollinis

Commentaire n°8/10 :: Dernières nouvelles "le 28/12/2016"

Remonter Posté le 29/12/2016 par Chtismis

 
Chère amie, cher ami,

Ces derniers mois, c'est sur trois fronts que les équipes de POLLINIS ont mené le combat, simultanément, pour mettre un coup d'arrêt à la disparition des abeilles et à ses conséquences dramatiques pour la nature et pour notre santé.

--- Front anti-pesticides :

Tout d'abord, et vous le savez mieux que quiconque, nous avons poursuivi sans relâche notre contre-lobbying citoyen pour éliminer les pesticides tueurs d'abeilles :

Surveillance des man½uvres lobbies de l'agrochimie à Bruxelles, veille sur les procédures d'évaluation des pesticides, campagnes massives d'information et mobilisation de 147 706 personnes contre les nouveaux néonicotinoïdes cachés.

Et le 12 octobre dernier, nous étions trois représentants de POLLINIS à être reçus au ministère de l'Agriculture pour demander des mesures rapides contre ces nouveaux poisons (Sulfoxaflor, flupyradifurone) scandaleusement autorisés par Bruxelles.

--- Front anti-frelon asiatique :

Notre projet de destruction des nids de frelon asiatiques, par un système propre et efficace, avance à grands pas. Un 3è prototype, plus puissant et moins coûteux est actuellement en cours de test et devrait être bien produit à grande échelle.

--- Front pro-abeille noire :

C'est un domaine d'intervention de plus en plus important dans le combat que mène POLLINIS pour la préservation des pollinisateurs, et je dois dire que j'en suis particulièrement fier.

Notre abeille locale est menacée d'extinction.
Or si cette petite abeille robuste, maillon-clef de notre apiculture, fruit de millénaires d'adaptation génétique au climat local, aux plantes, aux fleurs des vergers et des potagers, aux parasites et aux prédateurs, qui butine sans relâche sur tout le nord-ouest du continent européen, venait à disparaître, ce serait la ruine de tout espoir de préservation et de développement d'une apiculture durable bénéfique pour chacun de nous ainsi que pour les générations futures.

C'est pourquoi POLLINIS est en train de mettre en place tout un ensemble d'actions essentielles pour protéger l'abeille noire. Je vous laisse les découvrir dans notre Bulletin d'information, en cliquant ici.

Mais avant, je voudrais simplement vous redire que toutes ces actions que nous menons au quotidien pour la protection des abeilles domestiques et sauvages, et pour une agriculture qui respecte tous les pollinisateurs, la nature et notre santé, nous les menons uniquement grâce au soutien financier des donateurs de POLLINIS.

Sans eux, sans leur soutien sans faille au combat, rien ne serait possible. Aussi, je tiens à les remercier du fond du c½ur, au nom de toute l'équipe de POLLINIS.

Pour rejoindre vous aussi ce noyau de membres de l'association, et permettre à POLLINIS d'intensifier ses actions en faveur des abeilles, de l'environnement, et d'une agriculture durable, respectueuse des pollinisateurs dont elle dépend, vous pouvez faire un don tout en bas de la newsletter en cliquant ici.

Quel que soit le montant de votre contribution, sachez qu'elle sera une aide précieuse pour nous permettre de financer le travail de notre équipe, que ce soit au niveau de la recherche scientifique, de la veille sur les nouveaux pesticides autorisés, du comité de vigilance que nous avons mis en place pour surveiller les mouvements des lobbies agrochimiques auprès des institutions européennes, ou tout simplement des nombreux projets de conservation et protection de l'abeille qui ont désespérément besoin de financement.

Je vous remercie par avance pour votre soutien, et vous souhaite bonne lecture de notre Bulletin d'informations !

Nicolas Laarman
Délégué Général
POLLINIS



POLLINIS Association Loi 1901
10, rue Saint Marc 75002 Paris www.pollinis.org







 
avatar

Chaque coup de colère est un coup de vieux, chaque sourire est un coup de jeune. » (Proverbe Chinois)
C’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis. (Cicéron)
La honte n'est pas toujours la conscience du mal que nous faisons, elle est souvent la conscience du mal qu'on nous fait. (Paul Morand)
Nous sommes des Trésors de l'humanité appelés à disparaître.

Mon blog
Info pollinis

Commentaire n°7/10 :: message du 25/11/2016 de Pollinis

Remonter Posté le 25/11/2016 par Chtismis

 
Chère amie, cher ami de POLLINIS,

Je sors tout juste du procès qui opposait notre association à l'un des lobbies français de l'agriculture chimique et industrielle.

Pendant les audiences, je n’ai eu de cesse d'observer la gigantesque puissance de ceux que nous avons en face de nous, dans le combat que nous menons contre l’emprise de l’agrochimie sur l’agriculture, et ses dégâts dramatiques sur l’environnement, les abeilles et notre alimentation.

Mais je me suis aussi rendu compte – et c’est ce qui me pousse à vous écrire sans attendre – que tout le travail que nous accomplissons, ensemble, avec passion et acharnement depuis quatre ans…

...c’est exactement cela qui les dérange.

Et c’est la preuve que nous faisons du bon travail : ils ne mettraient pas autant de moyens pour essayer de nous démolir si nous n’étions pas une sérieuse menace pour leur business et leurs intérêts.

Nous sommes plus déterminés que jamais à poursuivre !

Même si tout est fait pour nous décourager et nous laisser penser que nous sommes comme David contre Goliath – la séance de cet après-midi au tribunal me l’a bien fait sentir…

Nous étions là pour essayer de contrecarrer une campagne de dénigrement lancée par les tenants du tout-chimique dans le but d’anéantir le grand rassemblement des citoyens organisé par POLLINIS sur internet, pour défendre les abeilles et la nature face aux agressions des lobbies de l’agrochimie.

En mettant en cause nos méthodes militantes, ils pensaient salir notre réputation et nous réduire au silence.

Nous avons décidé de contre-attaquer devant les tribunaux. Mais c’était sans compter sur la puissance des lobbies de la chimie et des organisations qui dominent l'agriculture…

Nous nous sommes retrouvés en face de l’avocate de Monsanto qui a fait condamner José Bové et les faucheurs d’OGM en 2013 (1). L’agro-industrie a les moyens de s'offrir les plus puissants avocats parisiens.

Et elle ne recule devant rien pour arriver à ses fins, même pas devant l'escroquerie : des constats d'huissiers ont montré qu'ils avaient falsifié des preuves remises aux juges pour faire annuler la plainte que nous avions déposée…

Et ça a marché ! Notre plainte n'a pas été étudiée sur le fond : nous avons perdu à cause d’une manipulation sur la forme ! C’est malheureusement trop souvent le cas quand des intérêts colossaux sont attaqués en justice...

Cette injustice insupportable montre à quel point les lobbies sont puissants en face de nous !!

Et nous nous attendons à les voir attaquer de plus belle dans les prochains jours... Pour tenter une nouvelle fois de nous décrédibiliser et nous réduire au silence.

Pour réduire à néant l’incroyable rassemblement de plus d’un million de citoyens que nous avons réussi à bâtir, et qui a poussé notamment à l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles - un sérieux coup dur pour l’industrie !

Mais leurs menaces ne nous font pas peur ici, à POLLINIS : au contraire, nous sommes plus que jamais déterminés à poursuivre notre combat.

Parce que c’est grâce à notre combativité et notre ténacité que tant de personnes, aujourd’hui, ont pris conscience de la situation dramatique des abeilles et de la responsabilité de l’agro-industrie dans ce carnage.

C’est grâce à notre travail sans relâche auprès des institutions nationales et européennes que nous avons pu dénoncer des scandales comme la Directive Secrets d’Affaires, ou les nouveaux tueurs d’abeilles que les lobbies de l’agro-industrie sont en train d'imposer en catimini.

Tout ce que nous faisons, nous le faisons avec l’objectif d’une agriculture plus propre, plus saine, plus pérenne, respectueuse de la nature et des pollinisateurs dont elle dépend. Parce que nous ne pourrons pas dans quelques dizaines d’années regarder nos enfants et nos petits-enfants dans les yeux et leur dire que, si les tomates, les pommes et les groseilles qu'ils mangent, n'ont plus ni goût ni valeurs nutritives, et sont bourrées de pesticides toxiques, c’est parce que nous avons laissé l’industrie faire la loi sans réagir.

Alors oui, toute l’équipe est 100 % déterminée à continuer le combat ! Et tout le monde ici espère de tout c½ur pouvoir encore compter sur vous dans les dures batailles qui s’annoncent…

Car il ne faut pas se leurrer : le dénigrement, tenter de saper le lien de confiance entre nous, ce n’est qu’une des nombreuses stratégies utilisées par l’agrochimie pour faire taire ses opposants et imposer sa loi :

L'infiltration des comités scientifiques et des comités consultatifs, l'armée de lobbyistes sur place à Bruxelles pour faire pression directement sur les décideurs politiques, les financements scientifiques et académiques de grande ampleur pour blanchir leurs produits, le chantage à la délocalisation…

...toutes ces techniques de lobbying de Monsanto et consorts, si brillamment décrites dans un récent rapport du très sérieux Corporate Europe Observatory (2), ça ne leur suffit pas.

Quand, malgré tout ça, les lobbies n'obtiennent pas gain de cause, ils utilisent l'appareil juridique !

C'est ce qui s'est passé avec le moratoire sur les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles :

après une bataille de deux ans des associations de citoyens, d'apiculteurs et de défenseurs de l'environnement, la Commission a été contrainte d'interdire pendant deux ans trois de ces pesticides tueurs d'abeilles : Résultat : Bayer, BASF et Syngenta ont immédiatement démarré un procès. (3)

Et pour occuper le terrain et monopoliser le débat, l’industrie n’hésite pas à créer de toutes pièces des associations paravent, soi-disant « environnementales », et des sites internet d’information écran, dont le but est de prétendre défendre l’environnement en détournant l’attention des méfaits de l’agro-industrie.

Par exemple pour les abeilles, ils expliquent leur déclin par des maladies et des parasites, et mettent hors d’état de cause les pesticides tueurs d’abeilles !

Un site qui a vigoureusement attaqué notre association il y a quelques mois, « est bien connu des chercheurs dont les travaux mettent en cause la sécurité des produits commercialisés par l’industrie agrochimique (OGM, pesticides, etc.). Notamment, des scientifiques travaillant sur les risques des pesticides pour les abeilles y sont systématiquement mis en cause. » (2)

La bataille va être longue pour venir à bout de la mainmise de l’industrie sur les décisions prises en Europe : ils ont leurs pions partout, et disposent de financements hors du commun.

Mais nous aussi, les citoyens, nous disposons de nos propres armes, et elles sont puissantes !

Notre plus grande force, c’est d’abord notre nombre. Parce que des millions de citoyens mécontents, ce sont des millions d’électeurs perdus pour nos dirigeants – et ça ils le comprennent très bien.

Mais nous avons aussi une grande chance, qui est décuplée aujourd’hui grâce à internet : c’est notre capacité à nous rassembler, et nous organiser, pour mener une véritable contre-offensive citoyenne - pour notamment :

>>> Faire travailler des scientifiques et financer des études indépendantes pour prouver, chaque fois que ce sera nécessaire, la toxicité des pesticides ;

>>> Maintenir une petite équipe dédiée au plus près des institutions européennes et françaises, pour surveiller les mouvements des lobbies et défendre les intérêts des citoyens dans les discussions à huis-clos entre l’agrochimie et les fonctionnaires et parlementaires européens ;

>>> Enquêter et dénoncer au grand jour les scandales sanitaires, environnementaux et alimentaires, pour à chaque fois tuer dans l’½uf les nouvelles tentatives de l’agro-industrie d’imposer de nouveaux produits toxiques pour les abeilles, la santé ou la nature ;

>>> Rassembler les citoyens, dans l’Europe entière, pour qu’à chaque nouvelle attaque de l’agrochimie nous puissions répondre par des centaines de milliers de messages de protestation en quelques jours.

Nous ne pouvons pas espérer organiser efficacement et rapidement ce contre-pouvoir citoyen qui puisse vraiment peser dans la balance face à l'agrochimie – notre lobby à nous, les défenseurs de l'abeille et de la nature - sans un minimum de moyens financiers.

Je ne suis pas en train de dire que de simples citoyens doivent pouvoir sortir des millions d’euros, comme les budgets des lobbies de l’agrochimie !

Nous avons calculé, avec l’équipe de POLLINIS, que pour mener à bien, et sans tarder, le programme que je vous ai annoncé un peu plus haut, nous devons réunir rapidement un budget de 120.000 euros.

C'est une somme importante et j'en suis très conscient. Mais il suffit que 4000 personnes donnent 30 euros pour que ce budget soit bouclé et que nous puissions organiser immédiatement la contre-offensive citoyenne, et se doter des armes indispensables pour espérer rivaliser avec les lobbies de l’agrochimie.

Chez POLLINIS, nous refusons toute subvention de l’Etat ou de grandes entreprises. Nos moyens d’action dépendent à 100 % des dons de citoyens engagés dans le combat pour préserver les abeilles et la nature – c’est ce qui garantit notre indépendance et notre liberté d’expression et d’action, et c’est bien ce que nous reprochent nos « détracteurs » sur les sites d’information financés par l’agro-industrie !

Aussi, je vous le demande : pouvez-vous SVP contribuer dès aujourd'hui, par votre don, à organiser la contre-offensive des citoyens pour empêcher l’industrie de faire sa loi ?

bouton don7



Je vous le disais au début de cet email : j’ai bien conscience d’être face à l’agro-industrie comme David contre Goliath.

Hé bien cette histoire est très emblématique : à la fin, contre toute attente, c’est David qui gagne ! Il suffisait d’être bien équipé, et de viser juste.

C’est tout ce qu’il nous faut aujourd’hui, pour faire tomber le colosse de l’agrochimie !

Quelle que soit la somme que vous pourrez verser à ce combat (15, 30, 50, 100 ou 200 euros, ou même plus si vous le pouvez !) ce sera une aide précieuse pour permettre à POLLINIS de s’équiper convenablement, et de viser juste.

Pour démolir, une à une, les techniques qui permettent à l’agrochimie d’imposer sa loi en Europe, et pousser vers une agriculture saine et pérenne, respectueuse de la nature et des pollinisateurs dont elle dépend.

Un grand merci par avance pour votre aide,



Nicolas Laarman

Délégué général de POLLINIS

bouton don7

(1) Monsanto: huit "faucheurs volontaires" dont José Bové condamnés, L’Express.fr 27/03/2013

(2) Le lobbying de Monsanto : une attaque contre notre planète et la démocratie, Corporate Europe Observatory Octobre 2016

(3) Demande d’annulation du règlement d’exécution (UE) n° 485/2013 de la Commission, du 24 mai 2013, modifiant le règlement d’exécution (UE) n° 540/2011 en ce qui concerne les conditions d’approbation des substances actives clothianidine, thiaméthoxame et imidaclopride et interdisant l’utilisation et la vente de semences traitées avec des produits phytopharmaceutiques contenant ces substances actives (JO L 139, p. 12) :

Bayer : Lien ICI

Syngenta : Lien ICI

BASF : Lien ICI





 
avatar

Chaque coup de colère est un coup de vieux, chaque sourire est un coup de jeune. » (Proverbe Chinois)
C’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis. (Cicéron)
La honte n'est pas toujours la conscience du mal que nous faisons, elle est souvent la conscience du mal qu'on nous fait. (Paul Morand)
Nous sommes des Trésors de l'humanité appelés à disparaître.

Mon blog
Info pollinis

Commentaire n°6/10 :: de la part de Pollinis "reçu hier 05/11/2016"

Remonter Posté le 06/11/2016 par Chtismis

 
Bonjour,

Autre message pour nos amies,

Chère amie, cher ami de POLLINIS,

La situation n’est pas tenable :

Alors que, chaque année, en France, ce ne sont pas moins de 300.000 colonies d'abeilles qui sont décimées…

Alors que des millions de citoyens, d’apiculteurs, de scientifiques, en France et en Europe, tirent la sonnette d’alarme pour tenter d’enrayer cette hécatombe qui met en danger l'ensemble des pollinisateurs, et avec eux, notre alimentation et notre santé…

…De nouveaux tueurs d’abeilles arrivent sur le marché !

Impensable, et pourtant : le poids des lobbies de l’agrochimie est tellement lourd qu’ils arrivent à obtenir, littéralement, ce qu’ils veulent – je vais vous en dire plus dans quelques instants.

Mais sachez déjà que si nous ne profitons pas de l'élection présidentielle pour imposer ce sujet dans le débat et obliger les candidats à s’engager pour sauver les abeilles…

… rien ne pourra arrêter la course effrénée au tout-chimique vers lequel les gros lobbies de l’agro-industrie nous entraînent – avec la bénédiction des autorités censées être des « garde-fous », et au détriment des abeilles, et de la sécurité alimentaire de toute la population !

La France peut jouer un rôle majeur en Europe pour stopper les lobbies – la victoire de cet été, où après des années de bataille, nous avons réussi à faire interdire les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles, en est la preuve !

Maintenant il faut enfoncer le clou, car cette victoire pourrait être de courte durée face aux nouveaux tueurs d'abeilles. Il faut entrer de force dans le débat pour les Présidentielles. Et pour ça, je vais avoir besoin de vous :

Je vous propose de devenir la tête de pont du combat que POLLINIS va mener dans les semaines qui viennent pour que les futurs candidats à la Présidentielle prennent des engagements clairs et essentiels pour la protection des pollinisateurs.

Et j'espère que vous accepterez de faire partie des premiers signataires de notre Charte 2017 pour la Protection des Pollinisateurs et que vous aiderez POLLINIS à mettre en ½uvre toutes les actions à mener auprès des candidats à la Présidentielle.

Laisser le sort des abeilles entre les seules mains des institutions européennes, c'est laisser le champ libre aux man½uvres incessantes des lobbies de l'agrochimie pour imposer leurs produits mortifères. Voyez ce qu'ils sont déjà arrivés à faire :

> Négocier un moratoire en trompe-l'½il à Bruxelles, où les néonicotinoïdes qui attaquent le système nerveux des abeilles sont interdits quelques mois seulement par an, et largement utilisés tout le reste de l'année, empoisonnant les sols et l'eau absorbée ensuite par les cultures (et donc les abeilles) soit-disant "non traitées" ;

> Placer leurs pions partout pour influer sur les décisions et imposer leurs produits aux institutions européennes : infiltration des comités scientifiques (1), infiltration des comités consultatifs (2), plus de 400 lobbyistes travaillant d'arrache-pied à Bruxelles pour défendre les intérêts de l'agrochimie et de l'agriculture industrielle ;

> Autoriser depuis un an de nouveaux pesticides tueurs d'abeilles en les camouflant dans d'autres classifications chimiques.

Pour arrêter ce massacre, nos dirigeants politiques doivent intervenir. De toute urgence.

Car oui ! ils peuvent agir pour donner un coup d'arrêt au déclin des abeilles. Oui, ils peuvent agir pour permettre le passage vers une agriculture respectueuse des pollinisateurs dont elle dépend.

Mais ils ne le feront pas tant qu'ils ne seront pas persuadés que c'est une préoccupation majeure de leurs électeurs.

C'est pourquoi la première des actions de POLLINIS est d'organiser une gigantesque campagne de mobilisation à travers tout le pays.

S'il vous plaît, signez notre Charte 2017 pour la Protection des Pollinisateurs et aidez-nous à agir auprès des candidats et de leurs staffs de campagne.

Voici quelques-unes des actions que nous devons déployer dans les semaines qui viennent pour arriver à persuader les candidats à la Présidentielle d'inscrire dans leur programme les mesures qui peuvent avoir rapidement des résultats déterminants pour la protection des abeilles, et garantir l'agriculture, la santé et la sécurité alimentaire de tous aujourd'hui et demain :

1. s'assurer que tous les candidats à la Présidentielle sont pleinement conscients de la menace que représente la disparition massive et rapide des pollinisateurs ;

2. faire découvrir à leurs équipes de campagne la face cachée du moratoire sur les pesticides tueurs d'abeilles par Bruxelles et les convaincre d'étendre immédiatement, en France, l'interdiction des néonicotinoïdes à l'ensemble des molécules équivalentes qui sont en train d'être mises sur le marché pour les remplacer.

3. leur faire prendre l'engagement solennel de ne pas transposer dans le droit français la directive Secrets d'affaires de l'Union européenne, qui exonère les multinationales de rendre des comptes sur les substances utilisées dans les champs ;

4. apporter toute l'information nécessaire sur l'extraordinaire efficacité de l'agriculture respectueuse des pollinisateurs, qui permettrait tout à la fois de sortir du tout-chimique, d'émanciper les agriculteurs de l'emprise de l'industrie phytopharmaceutique et des subventions publiques qui inondent le modèle actuel d'agriculture intensive.

Et ce n'est pas tout.

Dans le même temps, avec votre aide et celle de tous les citoyens décidés à ne pas laisser le lobby de l'agrochimie sacrifier la nature et la santé de plusieurs générations pour accroître leurs profits astronomiques, nous devons réussir une opération de mobilisation de très grande envergure, à travers tout le pays.

Nous devons réunir des centaines de milliers de signatures à notre Charte 2017. Et peut-être même un million ou plus. De quoi ne plus laisser subsister aucun doute dans l'esprit de ceux qui se présente à l'élection :

Oui ! Les Français attendent d'eux des garanties solides pour la protection des abeilles et le passage à une agriculture propre et pérenne.

Oui, ces engagements pèseront dans le choix de centaines de milliers d'électeurs.

L'enjeu est énorme.

Du succès des actions que nous allons mener ensemble ces prochaines semaines dépendra l'engagement des candidats à :

* prendre des mesures déterminantes en France pour la préservation des pollinisateurs, pour la qualité de notre agriculture, de la sécurité alimentaire et de la santé des générations à venir ;

** porter ce combat en Europe, pour que ces mesures soient généralisées à l'ensemble des pays européens.

C'est la raison pour laquelle je me permets de vous demander d'aider POLLINIS à mener à bien toutes ces actions de mobilisation et sensibilisation des candidats par un don du montant de votre choix.

Nous n'avons pas une minute à perdre. Et il faut que nous puissions réunir très vite un budget dédié d'au moins 65.000 euros.

Si nous n'arrivons pas à collecter les fonds nécessaires, il faudra faire des choix. Nous ne pourrons pas mener à bien toutes les actions nécessaires pour convaincre les candidats de s'engager pour la protection des pollinisateurs.

Bien sûr, nous allons déjà mettre toute notre énergie dans l'organisation d'une gigantesque campagne de mobilisation permettant au fil des jours, des semaines, par vagues successives, de collecter des centaines de milliers de signatures d'électeurs.

Mais cette mobilisation, même à très grande échelle, ne suffira pas.

Il faut que POLLINIS ait aussi les moyens de produire des documents, des argumentaires, de faire le siège des QG de campagne pour obtenir des rendez-vous, les organiser et rencontrer les équipes des candidats autant de fois que nécessaire…

... et les tenir informés du nombre grandissant de signataires au fil des semaines.

C'est pour ça que j'espère qu'après avoir signé la Charte 2017 pour la Protection des Pollinisateurs, vous pourrez accorder un don à POLLINIS pour nous aider à financer toutes ces actions déterminantes pour la sauvegarde des abeilles.

Vous le savez, POLLINIS est l'une des rares associations de défense de l'environnement qui soit à 100 % financée par des dons de particuliers, pour garantir et notre indépendance et notre efficacité.

Et toutes les avancées que nous avons obtenues, nous le devons au soutien précieux des membres donateurs de POLLINIS.

Alors, s'il vous plaît, aidez-nous à mener cette grande campagne de mobilisation et sensibilisation pour obtenir l'engagement des candidats à la Présidentielle. Cliquez ici pour accéder à notre Charte 2017 pour la Préservation des Pollinisateurs puis à la page qui vous permettra, en toute liberté et en toute sécurité, de faire un don à l'association.

Elle vous permet, si c'est votre choix, de faire un don soit en ligne par carte bancaire ou paypal, soit de remplir un formulaire pour nous adresser votre don par chèque ou par autorisation de prélèvement.

Vous pourrez choisir de donner 20, 50, 100 euros ou plus, même. C'est vous qui déterminez le montant qui vous paraît le plus approprié pour financer les actions nécessaires pour arriver à convaincre les candidats à la Présidentielle de prendre des engagements fermes pour la protection des abeilles.

Laissez-moi seulement vous redire l'urgence qu'il y a à agir : les néonicotinoïdes déciment chaque année 300.000 colonies d'abeilles, …

… et vous assurer de la totale implication de l'équipe POLLINIS et de sa reconnaissance pour votre participation à cette campagne déterminante pour sauver les abeilles, préserver notre santé, la qualité de notre alimentation, et celles de nos enfants et petits-enfants.

Sincèrement,

Nicolas Laarman
Délégué général de POLLINIS

Charte bouton 2

(1) La faillite de l'évaluation des pesticides sur les abeilles (Le Monde du 09 juin 2012)

(2) Lire le rapport et les recommandations adressées à la Commission par le Médiateur européen (European Ombudsman) sur le sujet : Decision of the European Ombudsman closing her own-initiative inquiry OI/7/2014/NF concerning the composition of Civil Dialogue Groups brought together by the European Commission's DG Agriculture




POLLINIS Association Loi 1901
143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org

Pour désinscrire l'adresse email anti-spam, cliquez ici :Désabonnement



 
avatar

Chaque coup de colère est un coup de vieux, chaque sourire est un coup de jeune. » (Proverbe Chinois)
C’est dans l’adversité que se révèlent les vrais amis. (Cicéron)
La honte n'est pas toujours la conscience du mal que nous faisons, elle est souvent la conscience du mal qu'on nous fait. (Paul Morand)
Nous sommes des Trésors de l'humanité appelés à disparaître.

Mon blog
Info pollinis

Partenaires: Passion faune et flore | Tendance-carrelage | Abri de jardin | Lienendur | Au petit potager | Petz-passionanimaux |




Les connectés : (0 membre - 43 visiteurs - 666 visites aujourd’hui) ♦ 10 990 481 visiteurs depuis le 06/09/2002