Webjardiner

Astuces jardinage

mercredi 1er février 2023 

 Fabricant Leneindre
 Treillages.com
 mediaseine.fr
 Tendance carrelage
 Passion faune et flore       
Menu général :
QR code :
QR_code

Code pour le forum en cours :


Code HTML en cours :
 Module QR Code © 2023  
Jardin potager
Jardin d'agrément
La flore sauvage
Linkxchange :
Photos aléatoires
Livre d'or :
Les nouvelles du forum

Inscription
Désinscription

Forum : Masquer l’entête

Accès rapide :

 

Effectuer une Recherche avancée OU


[Noisette] le goût   [5 réponses]

                      Auteur                      |                                                                                  réponse
Gentile delle Langhe


avatar

Hors ligne
Imprimer Permalien dimanche 22 mars 2015 à 17:32  
Sujet déplacé le 10/08/2016 à 17:26 Par roling.
Bonjour à tous et bravo (et merci) pour vos contributions, qui m’ont beaucoup intéressé.

J’ai toujours aimé les noisettes ; j’en aime surtout le goût.

En 2006, j’ai planté, dans mon terrain, en Vendée, un maxima Purpurea ; en 2007, des Ronde du Piémont, Fertile de Coutard, Merveille de Bollwiller et Longue d’Espagne.

J’avais pas mal étudié tout cela avant, acheté et lu la somme – pas intégralement, tout de même, 300 pages… -, du CTIFL sur le sujet, plus le livre de Michel Roussillat, Le Noisetier », ed. Actes Sud, j’avais également croisé différents articles trouvés sur Internet.

J’ai tenu compte des pollinisations croisées, de la rapidité de la mise à fruit, de la productivité.

Mes choix :

le pourpre, parce que donné pour savoureux ;

le Ronde du Piémont, parce que j’avais lu qu’il produisait la meilleure noisette du monde (?) – mais le mien n’en est pas un apparemment (j’y reviens plus bas) ;

le Fertile de Coutard (un temps meilleure noisette française (?)) ;

le Merveille de Bolwiller, parce que productif et excellent pollinisateur ;

le Longue d’Espagne, parce que très productif (effectivement) et savoureux.

Je ne dispose pas d’un espace de plantation infini ; je compte planter sept ou huit autres noisetiers ce printemps et c’en sera, hélas, fini de mes expérimentations.

J’envisage une variété représentative de chaque grand pays producteur (en plus de celles déjà plantées) :

en premier lieu, la Turquie, évidemment : Tombul (ou « Impériale de Trébizonde », est-ce la même variété, je n’arrive pas à le déterminer ?) ;

l’Italie : Tonda di Giffoni (région de Naples) – vaut-il mieux la Romana ? ;

l’Espagne : Pauetet ;

Les Etats-Unis, avec Willamette ;

Plus une variété, rencontrée au conservatoire de Montesquieu, dont l’amandon est savoureux et la noisette de forme originale, grosse, longue et à coque épaisse (cf. p.j.) : Gem Princesse. Mais je ne la trouve nulle part, chez aucun fournisseur ; pas même en photo ou en mention sur Internet…

Enfin, un dernier noisetier pour lequel je dois faire un choix, gustatif donc, si l’on peut dire, entre Ségorbe, Cosford, Butler, Gunslebert et Negret (ou tout autre que vous suggéreriez ?)

Pour l’heure, de mon côté, la balance penche en faveur de Ségorbe.

Mais pour vous ? Que pensez-vous de tout cela ?

Encore une fois, dès lors que le problème des pollinisations croisées (éventuellement de la rapidité de la mise à fruit et de la productivité) est réglé, mon critère principal est le GOÛT

Le cas Ronde du Piémont (ou Gentile delle Langhe ; d’où mon pseudo… smiley sg3bgg29g.gif , maintenant.

Je l’ai acheté en 2007, sur Internet, auprès de Plantes et Jardin. Il a bien poussé, donne régulièrement de nombreuses noisettes, MAIS, il semble que ce n’est pas un Ronde du Piémont. J’ai pu aller, l’été dernier, au moment de la récolte, au très intéressant Conservatoire Végétal Régional de Montesquieu (Lot-et-Garonne), qui comporte, paraît-il, la plus importante collection de noisetiers en France.
J’y ai passé trois heures passionnantes (j’étais comme un enfant dans un magasin de jouets… smiley sg3bgg29g.gif , à prendre photos et notes sur les nombreuses variétés qui s’y trouvent. Et j’ai pu me rendre compte que mon Ronde du Piémont n’en était pas un. Il suffisait de faire attention au nom et de regarder la forme des noisettes que donne mon arbre : allongées…

J’ai aussi pu me rendre compte que ladite Ronde du Piémont est effectivement succulente.

Je suis par ailleurs preneur de tout renseignement biblio, hors-série de revues, sites Internet sur le sujet des noisetiers.

Voilà, tout cela est un peu long et fastidieux (désolé) mais je serais ravi de partager vos expériences - et la mienne - en la matière.

Merci d’avance,

Bien à vous,

GdL
Édité 1 fois - Dernière édition: 22/03/2015 à 17:54 Par roling.


Remonter
 oidium 
starsj8.png
Maître jardinier(e)

avatar

Hors ligne
Imprimer Permalien dimanche 22 mars 2015 à 21:24  
J'aime bien les noisettes aussi ,pas celles du commerce ,qui n'ont pas souvent un bon goût,mais celles que l'on rencontre au gré des promenades.

J'ai eu un noisetier pourpre,que j'ai dû éliminer parce que prenant trop de place au jardin.Très bon goût.

J'ai un merveille de Bolwiller au verger,mais je n'en mange jamais car il est toujours attaqué par le balanin (je n'ai pas de poules),alors que les noisetiers sauvages à côté sont sains...

Dans les sauvages ,j'ai un noisetier à noisettes rondes ,un à longues ,et un autre verger plusieurs noisetiers "ronds" dont un qui a d'assez gros fruits,très bons.Et puis en face de chez moi il y en a qui dépassent du mur d'une propriété,j'en ramasse plein en dessous.

Cette année j'en ai bien eu 5 kg.Pour les manger je les passe un peu à la poele,à sec,c'est bien meilleur (idem quand elles sont hachées ,pour les biscuits).

Du coup je ne sais pas trop si les noisetiers de variété repertoriée sont meilleurs que les sauvages,parce que l'expérience du Bolwiller n'est pas concluante.

Moselle banlieue de Metz ,potager+vergers,terre plutôt calcaire
Remonter
 Gentile delle Langhe 


avatar

Hors ligne
Imprimer Permalien lundi 23 mars 2015 à 12:25  
Bonjour Oidium,

merci pour votre réponse.

Mon Merveille de Bolwiller n'est pas trop atteint par le balanin (d'après ce que j'ai lu, il faut retourner la terre au pied, en hiver ; cela tue les larves - je ne le fais pas, pour ma part) et se porte bien.

Évoquer les noisetiers sauvages est très intéressant. Je voulais en planter un, récupéré en lisière de forêt, dans la campagne de mon enfance. Je n 'ai pas réussi mon coup et je préfère pour l'heure tenter de faire pousser les variétés reconnues dans chaque grand pays producteur.

Faire revenir les noisettes dans une poêle est effectivement une bonne solution : les noisettes sont ainsi torréfiées et ont un goût très prononcé.

Je les aime fraîches ; mais je les fais aussi sécher (naturellement) un peu ; là, elles expriment leur goût réel, je crois.

Amicalement,

GdL


Remonter
 Momone 
starsj13.png
Jardinier(e) forumeur(e)

avatar

Hors ligne
Imprimer Permalien lundi 23 mars 2015 à 22:19  
Bonjour,

Si tu veux récupérer un noisetier sauvage, ce n'est pas difficile, il suffit de récolter quelques belles noisettes et de les planter, même avec leur coquilles, elle germent très facilement, il n'y a qu'à voir le nombre de semis spontanés qu'on trouve un peu partout.


Momone

"A chaque recoin
Plante un arbre, porte lui soin,
Il te le rendra bien
"
Proverbe alsacien


"Mieux vaut remplir ses greniers, que ses coffres".
Proverbe chinois
Remonter
 oidium 
starsj8.png
Maître jardinier(e)

avatar

Hors ligne
Imprimer Permalien mercredi 25 mars 2015 à 00:01  
Le noisetier pourpre que j'avais planté provenait d'un noisetier dans le jardin derrière la pharmacie où je travaillais.Comme il allait être démoli pour faire place à un parking,avec les collègues on a récupéré des plantes et des rejets du noisetier.Avec pourtant peu de racines,il est très bien reparti ,et pourtant a connu des aventures : coupé en deux par accident alors que son tronc ne faisait qu'un doigt d'épaisseur ,transplanté quand il a été un peu plus grand,cela a donné une touffe énorme ,si bien que j'ai dû me résoudre à la couper et à faire crever la souche,car il occupait trop de place dans mon jardin.

Je pense qu'en récupérant de petits noisetiers issus de semis,cela doit être facile aussi.Et on trouve souvent sous les tas de feuille ou de paille laissés tout l'hiver au jardin des noisettes en train de germer,amenées là par les rongeurs ou les écureuils.

Moselle banlieue de Metz ,potager+vergers,terre plutôt calcaire
Remonter
 Gentile delle Langhe 


avatar

Hors ligne
Imprimer Permalien mercredi 25 mars 2015 à 11:32  
Bonjour Momone et oidium,

merci pour vos réponses.

le noisetier sauvage est très volontaire et résistant ; il pousse là où se trouve la lumière et peu compter sur les différents animaux qui apprécient son amandon et oublient souvent leur cachettes à noisettes.

Il semble, pour les noisetiers de culture en tout cas, que seules des repousses apportent les mêmes caractéristiques à une plantation.

Mais tout cela est évolutif et les producteurs, comme les jardiniers amateurs, travaillent, pour des motivations (et donc des goûts) différentes, à des croisements par greffes successives.

Pour ma part, comme je l'ai dit, et même si l'aspect typique d'un arbre (sa région, son histoire, les sols) m'intéresse, je me focalise sur le goût en sélectionnant les noisetiers de chaque grand pays producteur.

J'aimerais avoir et beaucoup de place et du temps pour tester plusieurs variétés (par exemple plusieurs noisetiers sauvages récoltés, çà et là, dans la nature, ou auprès de jardiniers). Mais ce n'est pas vraiment le cas. Alors j'essaye de faire le tour de la question ; ce sera incomplet néanmoins. Mais ça n'est pas grave du tout ; j'ai déjà grand plaisir à suivre le cycle annuel, assez riche en événements, même en hiver, de ce bel arbuste qu'est le noisetier.

Amicalement,

GdL


Remonter




Remonter

[Noisette] le goût   [5 réponses]

Partenaires: Passion faune et flore | Tendance-carrelage | Abri de jardin | Lienendur | Au petit potager | Petz-passionanimaux |




Les connectés : (0 membre - 39 visiteurs - 3219 visites aujourd’hui) ♦ 13 654 849 visiteurs depuis le 06/09/2002