Le colza : atouts environnementaux

Une culture qui s’adapte aux grands enjeux actuels

• Le colza est une culture de diversification qui contribue à répondre aux exigences de la mesure sur la diversité des assolements ou de la mesure agro-environnementale (MAE) rotationnelle dans les départements concernés.
• Les repousses de colza sont une CIPAN efficace dans les zones vulnérables. Favoriser les repousses est une pratique très largement conseillée et pratiquée pour limiter les pertes d’azote dans les systèmes de culture.

 De la réduction de l’usage des phytos à la protection intégrée sur le colza

Poste fongicides, la génétique à valoriser

Pour lutter contre le phoma et la cylindrosporiose, on peut se passer de la chimie si l’on prend soin de choisir les variétés à meilleur comportement vis-à-vis de ces pathogènes.
Sur sclérotinia, où la lutte via la génétique n’est pas envisageable, les BSV (Bulletins de santé du végétal) régionaux permettent une analyse des risques. Les interventions seront ciblées dans les situations à risques. 

Poste herbicides, de nombreuses voies exploitables

Le travail du sol, les faux semis et le désherbage mécanique (bineuse, herse étrille et houe rotative) et la gestion des rotations sont des techniques alternatives ou complémentaires qui permettent de limiter ou de contrôler les adventices des cultures.
A titre d’exemple le désherbage mixte (traitement chimique sur le rang et binage de l’inter-rang) permet de réduire de façon très significative les quantités d’herbicides utilisés.

Moins d’insecticides

Les seuils d’intervention permettent de limiter les interventions insecticides au strict nécessaire. Pour vous alerter, vous disposez des BSV régionaux et de proPlant Expert (outil gratuit en ligne).

Découvrir proPlant

La révision des stratégies de contrôle, par exemple, en luttant directement sur les larves d’altises et non sur les insectes adultes, en ciblant les traitements contre les pucerons et les charançons des siliques en début d’infestation sur les bordures, ou en utilisant des plantes pièges contre les méligèthes, sont des voies à développer.

 

Effet des plantes pièges sur méligèthes du colza

 colza

Les méligèthes se concentrent sur la navette et sur la variété précoce.

 Le colza pompe à nitrate

Un colza semé tôt peut mobiliser des quantités importantes d’azote à l’automne et durant l’hiver, c’est-à-dire pendant la période où les pertes de nitrates par lessivage sont les plus sensibles.
L’azote absorbé par le colza à l’automne est à prendre en compte dans le calcul de la fertilisation azotée de printemps. On fait ainsi d’une pierre deux coups : l’environnement est protégé tout en réalisant des économies.
Le maintien des repousses de colza en été permet d’absorber une bonne partie de l’azote minéral présent dans le sol et de réduire fortement le risque de lessivage hivernal sous la céréale qui suit.


Une protection contre l’érosion

L’érosion peut se traduire par la perte de plusieurs tonnes de terre par hectare et par an. En couvrant le sol 9 à 11 mois sur 12, notamment à l’automne, le colza réduit très sensiblement les risques d’érosion.

 

Une floraison mellifère

Le colza est une plante mellifère visitée par de nombreux insectes pollinisateurs dont les abeilles domestiques font partie. La sécrétion abondante de nectar et la production d’un pollen de qualité en font une ressource incontournable pour ces insectes.
Dans beaucoup de régions agricoles, la culture du colza est la première grande ressource florale disponible pour les colonies d’abeilles domestiques en sortie d’hivernage ; elle représente un support substantiel à l’activité apicole.
Vu sous l’angle du producteur, les pollinisateurs sont des auxiliaires qui contribuent à la fécondation des plantes de colza. En effet, le pollen de colza est un pollen lourd, qui a tendance à rester en agrégats, il est par conséquent mal transporté par le vent.

 

Le colza contribue à la biodiversité

Un paysage diversifié et plaisant à l’œil favorise le développement de l’agrotourisme. Le colza y participe. Au delà de la floraison qui embellit les paysages d’avril à mai, le colza verdit les campagnes pratiquement toute l’année.
De l’alouette au chevreuil, c’est aussi un gîte et un couvert pour la faune sauvage.

À propos de paysanature16

depuis tout petit passionner d'agriculture j'en fait aujourd'hui mon metier et ma passion que demander de mieux. Sans la nature je ne serait rien.
Ce contenu a été publié dans les interets de chaques cultures. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *